Le Président de la République et la laïcité

lundi 31 mars 2014

Lire ci-dessous la réponse du président de la République à notre lettre du 3 mars dernier.

Là où l’on demande de respecter l’application de la loi qui fait que constitutionnellement la France est une République laïque, ( article premier de la Constitution ), le président de la République feint de l’ignorer et en oublie même le premier devoir de sa fonction précisé par l’article 5 de la dite Constitution : « Le président de la République veille au respect de la Constitution. »

Si nous approuvons sa réponse : « Le Panthéon est un lieu de reconnaissance et d’histoire où la République s’incarne et se partage », elle n’en comporte pas moins une contradiction : la République s’incarne, par définition, dans ce qui est commun à tous ; or la croix chrétienne sur le dôme n’est que le symbole d’une partie de la population et non pas de « l’ensemble des Françaises et des Français » ; la laisser voudrait lui donner une valeur qu’elle n’a pas et ce serait privilégier une option spirituelle au détriment des autres, ce qui est exactement le contraire du principe universel de la laïcité de la République.

On peut rappeler ici ce que disait Jean Jaurès en 1906 quelques mois après le vote de la loi de Séparation des Églises et de l’État : « Les républicains se sont alors souvenus qu’aucun culte ne doit être privilégié dans l’État ».

C’est la Révolution française par le décret du 4 avril 1791 qui a attribué son identité réelle à l’édifice en le désignant « Aux grands hommes la patrie reconnaissante » ; cela indépendamment de toute idée de culte, de toute vénération mystique ou de valeurs supranaturelles.

Alors aujourd’hui il faut appliquer la loi pour en finir avec la confusion sur l’identité du Panthéon en lui redonnant son rôle, sa place et sa vraie nature de monument national de la France républicaine et laïque.


N’hésitez pas à vous connecter sur le site de l’Élysée pour envoyer un mail et exiger :

- LAÏCISEZ LE PANTHEON
- OTEZ LA CROIX DU DÔME


Commentaires

Logo de Jacques Léaux
Le Président de la République et la laïcité
dimanche 27 avril 2014 à 08h46 - par  Jacques Léaux

Le commentaire du haut fonctionnaire agissant au nom du Président ne constitue en rien une réponse argumentée mais bien plutôt une fin de non recevoir désinvolte. La quasi totalité des monuments religieux sont chrétiens en France. A ce titre ils sont couronnés d’ une croix, symbole évident de la soumission à ce dieu. Mais nombre de monuments publics ont également été coiffés de ce symbole au temps où rien ne pouvait s’ abstraire du tutorat "divin".
La croix qui surmonte le Panthéon n’ est donc pas, ainsi que l’ a démontré le commentateur précédent, partie historiquement intégrée du monument, mais une de ses marques d’ influence temporaire.
On respire ici comme un relent de la pensée de Nicolas Sarkozy qui voulait à toute force nous faire reconnaître et perdurer d’ envahissantes racines judéos-chrétiennes.
Dans une République qui se pare du flambeau de la Laïcité mais qui dans les faits avalise toute ingérence du lobby chrétien, le traditionalisme cultive le passéisme pour ne pas contrarier l’ électorat bien-pensant.
Ce n’ est pas avec une vision rétrograde et partiale de ce genre que nous ferons progresser la laïcité républicaine.

Logo de Laurent Gensac
Le Président de la République et la laïcité
mercredi 2 avril 2014 à 18h23 - par  Laurent Gensac

Ce serait évidemment une atteinte grave à la laïcité et par contrecoup à la République, à la souveraineté nationale, que cette croix restât sur le dôme du Panthéon ; cela serait considéré à juste titre comme le retour des privilèges religieux, ouvrant grande alors la porte aux sollicitations de toutes sortes de cultes, pour toutes sortes de motivations, dans toutes sortes de lieux.

En effet, pourquoi privilégier cette croix, alors que dans l’histoire du monument la présence de ce symbole sur le dôme fut très épisodique ; ainsi dès sa création en 1791, et jusqu’en 1822 c’est une statue représentant la Renommée qui le surmontait ; en 1830 après les terribles journées des 27,28, 29 juillet ce fut le drapeau tricolore qu’on y accrocha ; en 1848 le monument lui-même devint « Temple de l’Humanité » et le 31 mars 1871 y flotta le drapeau rouge de la Commune de Paris ?

Tous ces moments de l’histoire de la France ne mettent-ils autant en valeur, « l’histoire du monument » ?

« Ce n’est pas tant », lit-on dans le rapport du président des Monuments nationaux, « la présence de la croix qui dérange, mais l’absence d’explication à son sujet. »
Comment pourrait-il en être autrement ! Son explication suffit pour rejeter sa présence : un symbole de la chrétienté sur le dôme d’un édifice public est une chose totalement, incongrue, injustifiable et illégale au regard de la loi de Séparation des Églises et de l’État.

A propos de ce rapport on notera qu’à aucun moment il n’est fait mention à cette loi du 9 décembre 1905 et à son article 28 ; un tel oubli est quand même surprenant, venant d’un haut fonctionnaire de l’État.

Alors, Monsieur le président de la République, ôtez la croix, il est encore temps, et redonnez sa vraie lisibilité au Panthéon, celle que tous les citoyens, que tous les républicains de France et d’ailleurs attendent ! Celle d’un Panthéon laïque, universellement honoré.

Soyez ce premier président à laïciser le Panthéon ! Et vous entrerez parmi les Grands de l’histoire de France.

Laurent Gensac