Panthéon Plus de confusion ! Appliquez la loi !

dimanche 8 juin 2014

L’administration pense que la croix sur le dôme du Panthéon pourrait y demeurer parce qu’elle « ferait partie intégrante de l’histoire » de l’édifice ; mais c’est vouloir lui attribuer une importance dans l’histoire qu’elle n’a pas ; d’abord par le fait que sur l’édifice, elle n’y fut que très épisodiquement pour pouvoir prétendre de son hégémonie et ce serait ensuite une injustice que la privilégier aux dépens d’autres symboles qui y furent placés et qui marquèrent aussi et avec autant de conviction l’histoire de l’édifice ; enfin parce que le Panthéon « n’a aucune existence comme circonscription ecclésiastique » et que depuis 1885 il est légalement un édifice de l’État républicain et qu’il doit le demeurer sans confusion possible.

Lire ci-dessous notre dernière lettre envoyée au président de la République et continuer d’exprimer votre soutien à la laïcisation du Panthéon sur le Site de l’Élysée.


Clichés envoyés par Serge Chaumes

Source :
La Commune de 1871, sous la direction de Jean Bruhat, Jean Dautry et Emile Tersen, Paris,1970. p.136.


Commentaires

Logo de Serge CHAUMES
Panthéon Plus de confusion ! Appliquez la loi !
dimanche 14 septembre 2014 à 10h50 - par  Serge CHAUMES

Bonjour,

J’apprécie et je soutiens votre action à propos de l’histoire du Panthéon, et de sa laïcisation en enlevant notamment la croix du dôme.

Aussi je vous joins deux clichés se rapportant à l’histoire de ce monument national au moment de la Commune de Paris, où le drapeau rouge fut hissé sur le dôme. Comme vous le dites justement la croix n’est absolument pas représentative à elle seule de l’histoire du Panthéon.
Cordialement.

Serge CHAUMES

Source des clichés :

La Commune de 1871, sous la direction de Jean Bruhat, Jean Dautry et Emile Tersen, Paris,1970. p.136.

Document joint :  dsc00832-2.jpg
Logo de Le Président
Panthéon Plus de confusion ! Appliquez la loi !
dimanche 3 août 2014 à 18h24 - par  Le Président

Dans le journal LE RAPPEL du 1er avril 1871, sous la plume de son éditorialiste Auguste Vacquerie, on peut lire ceci :

« Hier, à quatre heures, ceux des habitants du quartier du Panthéon qui n’avaient pas été prévenus ont été tout surpris d’entendre un coup de canon.

Ce coup a été suivi de huit autres.

Les canons de la place du Panthéon saluaient le drapeau qui venait remplacer la croix par laquelle le catholicisme impérial avait marqué sa prise de possession de l’édifice.
La Commune reprenait au clergé ce que le clergé avait usurpé.

Le drapeau était rouge.

Nous ne sommes pas de ceux que le rouge effarouche.
Ce n’est pas une couleur nouvelle pour nous. Pendant tout l’exil, le drapeau rouge a été le drapeau de la République proscrite ; et nous trouvons tout simple que la
République rentre en France avec son drapeau. »

( Le Rappel, Fondé par Hugo, Meurice et Vacquerie, n°657, 1er avril 1871, Paris, BnF Gallica.)

Ainsi donc le 30 mars 1871 le drapeau rouge fut placé sur le dôme du Panthéon par les républicains de la Commune de Paris, dirigée par un gouvernement populaire et insurrectionnel à l’image de 1793.
Après sa chute, les royalistes et les cléricaux s’empressèrent de mettre en place un gouvernement d’ « ordre moral » sous la houlette de Mac Mahon et du duc de Broglie, et dès juillet 1873 ils confirmèrent leur sanglante victoire en hissant cette croix sur le Panthéon ; simultanément ils décidèrent, comme pour une expiation des « crimes » commis par la Commune, la construction d’ « utilité publique » de la basilique du Sacré Cœur à Montmartre, là où se constitua précisément la Commune.

En réalité, dans les deux cas, il faut y voir la réponse de l’intolérance religieuse au décret du 3 avril 1871 de Séparation de l’Église et de l’État de La Commune de Paris, et donc sa détermination à rejeter toute idée de laïcité en France.

Aussi, pour en revenir au présent, il ne nous semble pas que ce moment-là, et ce symbole-là de l’histoire de France et de l’histoire du Panthéon, soit vraiment représentatif des valeurs républicaines, mais qu’il en est même l’exact contraire, et que par conséquent nous souhaitons tous, dans et pour la tranquillité nationale, qu’il ne soit pas conservé. Préserver les valeurs républicaines est essentiel aujourd’hui.

Logo de Gérard Charton
Panthéon Plus de confusion ! Appliquez la loi !
vendredi 11 juillet 2014 à 04h32 - par  Gérard Charton

On lit dans le journal l’Humanité du 27 juin dernier, à propos de l’exposition « Jaurès contemporain 1914-2014 » qu’elle est « présentée sous la grande coupole de la colline Sainte-Geneviève » ; mais de quoi parle-t-on ici ? Il y aurait une coupole sur la colline Sainte-Geneviève ? Comme c’est étrange et comme c’est bizarre...et grande de surcroit...et que personne n’aurait encore jamais vue....et sous laquelle on pourrait s’abriter les jours de grande pluie sans doute... comme ce serait pratique... Un arrêt d’autobus, en quelque sorte, tout au plus... Mais non ! Vous n’y êtes pas ! Elle n’existe pas ! Voyons ! C’est une blague !

L’auteur de cette phrase a voulu faire de l’humour...ou de l’esprit ! Il veut parler de la grande coupole du Panthéon ! Voilà tout ! Sous laquelle est sise cette exposition sur Jaurès qui sera visible jusqu’en novembre, le 11 même, que ce sera, comme de bien entendu !

Un trait d’esprit dites-vous ! A coup sûr il doit alors être un nostalgique de la bande des pauvres en esprit...pour confondre le Panthéon avec une femme fût-elle sainte.