La laïcité, seul moyen pour un espace de liberté commun

mercredi 25 mars 2015
par  Le Président

La remontrance formulée par Philippe à l’encontre des religions est le signe d’une réaction bien naturelle face à une situation déplorable qui perdure depuis plus de dix ans :

l’envahissement régulier et forcé du religieux dans l’espace public de notre société.

Dès le 16 décembre 2001, devant le silence assourdissant du Comité National d’Action Laïque, suite à la demande formulée par le ministre de l’Éducation nationale, Jacques Lang, à Régis Debray le 3 décembre de la même année de « réexaminer la place dévolue à l’enseignement du fait religieux », et « cela dans un cadre laïque et républicain », nous, athées, avons alors réagi en créant cette association ; le but étant ( voir ici ) de veiller de très près au respect des lois de la République laïque, et notamment à l’indépendance totale entre elle et les religions.

C’est ce que nous nous efforçons de faire, et plus encore avec la création de notre Site.

Mais il est bien évident que jamais l’idée de créer un mouvement qui donnerait naissance à une organisation structurée, une sorte de « religion » des athées par exemple n’a été évoquée, car elle serait un non-sens ; notre lutte n’est pas dans la reconnaissance de l’athéisme par l’État, mais dans la nécessité de rappeler aux pouvoirs publics l’obligation qu’ils ont de faire appliquer, respecter et maintenir dans sa forme la loi de Séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905 qui définit la laïcité, vis-à-vis de laquelle nous nous conformons nous aussi car elle est le modèle parfait pour un réel vivre ensemble ; bien que cette expression soit reprise et galvaudée en ce moment par ceux qui précisément ne considèrent l’ensemble que parce qu’ils s’y sentent différents.

Si la loi n’est pas respectée, les seuls responsables en premier lieu, sont les pouvoirs publics et les élus de la République, et notamment les présidents de la République eux-mêmes qui donnent l’exemple en se rendant auprès des édiles des différentes religions, à l’instar des chefs d’État, alors que la loi sur la laïcité précise bien que la République ne « reconnaît aucun culte ». C’est aussi la responsabilité des dirigeants des partis politiques, qui par opportunisme électoral ou autre cèdent aux pressions des religieux et s’en prennent directement à la laïcité afin de la rendre « ouverte », « positive »,etc , oublieux en cela que ce n’est pas à la République à s’adapter aux cultes, mais aux cultes à s’adapter à la République… ( voir sur le Site la liste des épithètes ).

C’est aussi la responsabilité des médias – France Culture et France Inter, par exemple ou les chaînes de TV publiques – qui directement ou indirectement – pratiquent régulièrement un prosélytisme inacceptable alors qu’il existe un Cahier des charges sur le sujet qui doit être respecté.

Aussi l’espace public se trouve-t-il perverti par le port de signes trop visibles d’appartenance à telle ou telle religion ; bien sûr souvent par ignorance de la loi, mais aussi par obstination extrémiste comme on l’a vu avec le cas de la Crèche Baby-Loup . (voir ici )

Il faut bien sûr s’opposer à ces manœuvres d’incivisme qui font qu’à la longue on en arrive à tolérer l’intolérance, sinon un jour viendra où une Assemblée nationale* votera très naturellement l’abrogation de la loi de 1905, et c’en sera fini de la laïcité française et de la coexistence entre croyants et non-croyants.

C’est la raison pour laquelle nous devons à la fois systématiquement dénoncer haut et fort auprès des élus et de la population toute compromission envers les représentants des religions, et d’autre part continuer de démolir par la critique raisonnée le grand arsenal d’aliénation, d’intolérance et d’imposture que sont les religions et leur noyau, Dieu.

Ainsi, nécessairement l’idée de Dieu et des religions s’estompera progressivement de la scène publique – c’est déjà bien engagé si l’on en croit les sondages toujours en baisse du nombre de fidèles fréquentant les lieux de culte – parce qu’ils n’auront plus les moyens d’exister ; et ils disparaîtront infailliblement comme ont disparu les dieux grecs et romains, pour entrer dans la mythologie iconographique et n’en plus jamais sortir.

En attendant, poursuivons nos efforts pour le maintien du principe de laïcité : pas d’ingérence de l’État dans le domaine religieux, et pas d’ingérence des religions dans le domaine de l’État ; ainsi on libérera totalement l’espace public de tout ce qui déracine l’homme de l’humain.


*Comme ce fut le cas lors du vote de la loi ( toujours en vigueur ) du 31 décembre 1959, sous le régime de Gaulle-Debré, attribuant des fonds publics aux écoles privées dont plus de 95% sont confessionnelles, bien que la loi de 1905 mentionne que la République ne salarie, ne subventionne aucun culte.


Commentaires

Logo de Laurent Gensac
La laïcité, seul moyen pour un espace de liberté commun
jeudi 2 avril 2015 à 16h03 - par  Laurent Gensac

Vouloir « se faire entendre » est tout à fait normal, c’est même, faut-il le rappeler, un des droits les plus précieux de l’homme : tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi ; et que nul ne peut être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre établi par la loi.

C’est ce que nous faisons ici, parce que la Déclaration des droits de l’homme de du citoyen du 26 août 1789, toujours en vigueur le permet.

En cela la loi sur la laïcité du 9 décembre 1905 s’inscrit dans la même logique des droits, mais aussi dans celle de la République ( la chose commune à tous ) qui ne fait pas de discrimination entre citoyens croyants ou non-croyants ; mais comme les non-croyants ne revendiquent pas généralement de reconnaissance en tant que tels, les religions, elles, a contrario s’efforcent régulièrement d’obtenir une reconnaissance comme faisant partie de l’espace public et n’hésitent pas à réclamer un retour à la « liberté religieuse » qui a cours ailleurs. C’est là les résidus tenaces de la monarchie, pas si ancienne que cela dont la république bourgeoise a hérité, et que ses représentants jusqu’à aujourd’hui encore – avec des Sarkozy ou des socialistes-tartufes – n’hésitent pas écouter en revisitant systématiquement la loi de Séparation des Églises et de l’État qui seule garantit institutionnellement la liberté et l’égalité de tous.

C’est là et là seulement que les athées doivent se faire entendre, car sinon ils apparaîtraient et conforteraient l’idée d’une République admettant la liberté religieuse et partant antireligieuse qui aboutirait à la réintroduction de l’intolérance dans l’espace public avec au bout la fin de toute coexistence entre les citoyens ; comme le dit justement Henri Pena-Ruiz : « L’idéal laïque, lui, est comme celui des droits de l’homme : il ne peut se réaliser qu’en conformité à ses principes constitutifs. Toute autre démarche, qui substituerait par exemple un athéisme officiel à la religion officielle, serait non pas une version possible de la laïcité, mais sa négation pure et simple. »*

Personne n’aspire, encore moins les athées à un tel avenir ; il suffit de voir les conflits meurtriers au nom du fanatisme religieux qui ensanglantent le Proche et Moyen Orient, l’Afrique et ailleurs pour comprendre l’impérieuse nécessité de protéger l’universalité dans son principe de la loi sur laïcité, impliquant notre indispensable présence pour son maintien ; car nous n’avons pas oublié qu’à Paris ce 7 janvier dernier ce sont des athées qui ont été les premiers visés.

*PENA-RUIZ Henri, Qu’est-ce que la laïcité ?, Paris, Gallimard, 2003, Col. Folio, n°104 .

Logo de PETITJEAN
La laïcité, seul moyen pour un espace de liberté commun
vendredi 27 mars 2015 à 10h58 - par  PETITJEAN

Philippe a raison : sans se" constituer" il faut se regrouper et AGIR ENSEMBLE.

Logo de Philippe Fossé
La laïcité, doit se faire entendre dans les medias au même titre que les religions
jeudi 26 mars 2015 à 21h24 - par  Philippe Fossé

Bonsoir

Je viens de prendre connaissance de votre article dans lequel vous répondez à mon mail d’il y a quelques jours. J’ai retiré la phrase suivante avec laquelle je ne suis pas du tout d’accord à savoir :
"MAIS IL EST BIEN ÉVIDENT QUE JAMAIS L’IDÉE DE CRÉER UN MOUVEMENT QUI DONNERAIT NAISSANCE À UNE ORGANISATION STRUCTURÉE, UNE SORTE DE « RELIGION » DES ATHÉES PAR EXEMPLE N’A ÉTÉ ÉVOQUÉE, CAR ELLE SERAIT UN NON-SENS."
Je ne suis pas d’accord avec votre réponse car nous devons répondre à armes égales avec les représentants des 3 religions monothéïstes en étant sur les plateaux de télévision, à la radio ou dans les journaux lorsqu’ils le sont afin de ne pas las leur laisser dire n’importe quoi et provoquer les journalistes afin qu’ils se posent des questions et alimentent le débat.
D’après les analyses faîtes aujourd’hui les athées sont les plus nombreux en France devant les cathos, les juifs et les musulmans et on ne les entend jamais. En revanche les religions peuvent en toute tranquilité s’épancher dans les medias et déverser leurs mensonges et leurs fables en toute tranquilité.
OUI IL EST NECESSAIRE DE SE REGROUPER DANS UN MOUVEMENT FORT ET CAPABLE DE SE FAIRE ENTENDRE.
La nature ayant horreur du vide ce sont les religions qui prendront toute la place si nous ne faisons rien et nous nous resterons inaudibles comme c’est le cas aujourd’hui.
IL EST TEMPS DE NOUS REVEILLER ! N’OUBLIONS PAS LE SORT QUE L’ON RESERVAIT AUX ATHEES IL N’Y A PAS SI LONGTEMPS, ET QU’ON LEUR RESERVE TOUJOURS AUJOURD’HUI DANS LES DICTATURES RELIGIEUSES.
Cordialement
Philippe

Logo de Berlherm
La laïcité, seul moyen pour un espace de liberté commun
jeudi 26 mars 2015 à 09h57 - par  Berlherm

J’ai l’impression que les croyants nous piègent dans des débats qui nous font perdre du temps, et surtout perdre de vue le but que tout rationaliste devrait avoir, qui est de faire avancer la raison.

Avons-nous par exemple collecté toutes les démonstrations de l’impossibilité de l’existence des dieux, et sont-elles affichées quelque part sur ce site, ce qui me parait capital ?

Ne serait-il pas intéressant de réaliser un système expert, du type « Alicebot », qui pourrait aider toute personne à obtenir les réponses aux questions qu’elle se pose, et nous aider nous-mêmes à fignoler les réponses que nous donnons à ceux qui nous attaquent ?