Laïcité : les détracteurs toujours en action !

vendredi 3 avril 2015
par  Roger Bordier

Il y a quelques jours, le journal l’Humanité s’interrogeait : quelle laïcité pour demain ? ( voir ci-dessous ) . Ce mardi, dans le même journal, le chroniqueur Jean Rouaud affirme qu’elle se conduit comme un tyran. Faut oser l’écrire !

Roger Bordier aussi indigné que nous, nous a fait parvenir sa réaction.

L’éducation de nos enfants dans la laïcité sera l’œuvre de ce siècle, déclarait un jour dans une réunion un jeune professeur du nom de Jean Jaurès.

Aujourd’hui, le journal fondé par ce même Jaurès un an avant la célèbre loi de 1905, s’en prend étrangement, sous la signature de Jean Rouaud, à l’un des acquis fondamentaux de la pensée républicaine française. L’auteur de cet article d’un ton hautain va jusqu’à parler de tyran à propos de la laïcité. Diable ! si l’on peut dire ( pour faire pendant à Dieu ). Il donne en exemple un fait banal et très édifiant malgré tout : le refus par un maire de prévoir à la cantine des repas préférentiels, afin de satisfaire des préjugés religieux. Quel qu’il soit, et nous ne le connaissons pas, quelles que soient même ses motivations personnelles le cas échéant, ce maire, au regard des lois laïques, a raison.

Ce qui est vrai ici l’est en bien des endroits, et il faut le répéter, il faut s’entêter puisque l’on nous y force : non, la laïcité ne se découpe pas, ne s’aménage pas au gré de cas individuels. La laïcité, c’est l’unicité. Ne sortons jamais de là. M. Rouaud parle aussi, et l’on voit à quoi il fait allusion, de « pareil au même » à propos de cette prétendue tyrannie ; il utilise la vieille ruse que nous connaissons bien et que l’on est en train de rajeunir : celle qui prétend établir une normalité en considérant la laïcité comme une idéologie parmi d’autres. De façon plus nuancée, la bonne catholique Ségolène Royal avait déjà tenté de nous faire le coup… Chez M. Rouaud, les réflexions quelque peu ésotériques sur la croyance en Dieu ne masquent en rien, dans ce texte insupportable, la véritable visée : attaquer la laïcité de telle sorte qu’elle perde, grignotée de-ci de-là, son pouvoir de morale essentielle pour la vie d’une société, pour l’équilibre d’une nation.

M. Rouaud a beau à la fin de son article, en appeler soudain aux Grecs sur Dieu et sur l’homme, il ne convainc pas. Aussi sublimes que soient les grandes périodes de cette Antiquité, ne réveillons pas Zeus dans son Olympe. Aphrodite à l’occasion, par galanterie. Mais précisons que l’autre Zeus ne nous intéresse pas plus, fût-il victime de « tyrans ».

Roger Bordier


Commentaires

Logo de Laurent Gensac
Laïcité : les détracteurs toujours en action !
lundi 20 avril 2015 à 13h13 - par  Laurent Gensac

Décidément on a le sentiment, en écoutant ou lisant, ici ou ailleurs, que la laïcité a ses spécialistes : philosophes, universitaires, politiciens et qu’eux seuls peuvent en donner une idée, une définition, une explication irréfutables.

On peut toujours disserter, c’est le droit de chacun, mais au bout du compte, le commun des mortels est-il plus avancé dans cet immense imbroglio de spéculations en tous genres qu’on lui dessert régulièrement, parvient-il à saisir et à retenir une attitude en conséquence ?

Pas si sûr. On pense pour lui. On le lasse.

Ainsi laisser entendre comme on le lit ici en page 15 de l’édition de l’Humanité du 20 avril 2015, que la laïcité serait un débat ou même un combat, c’est brouiller les esprits plutôt que les éclairer.

La laïcité est une loi.

Et une loi est faite pour être appliquée. Et comme elle est généralement l’expression de la raison, du bon sens, elle est à la portée de la compréhension de chacun. Donc il n’est pas nécessaire de vouloir lui trouver des attributs qu’elle n’a pas ; à moins de chercher à fausser l’esprit des citoyens.

Logo de PIERRE DE SCHRIJVER
Laïcité : les détracteurs toujours en action !
mercredi 8 avril 2015 à 16h43 - par  PIERRE DE SCHRIJVER

J’ai effectivement pu faire le même constat notamment dans des émissions C dans l’air sur France5 animées par Yves Calvi.

Nombre d’intervenants (notamment Mme Martin lors de l’émission du 7 avril dernier ) qui fustige la laïcité qu’elle accuse de dogmatisme. Un comble.

Cette dame oublie ou ignore que les dogmes sont l’essence des religions. En revanche la laïcité implique la liberté de pensée et le rejet des dogmes. Sans ce rejet il n’y a plus de liberté de pensée. CQFD !

Ce raisonnement vaut pour toutes les idéologies quelque soient leurs origines : religieuses ou non. Le journal l’Humanité, organe du parti communiste français n’adhère bien sûr nullement à cette position.

Brèves

4 mars 2014 - Football et laïcité en France

Communiqué de la FFF en date du 01/03/2014
La Fédération Française de Football, Association membre (...)

10 avril 2011 - ENCORE UNE ÉGLISE QUI DISPARAÎT

(AFP du 8. 4. 2011)
À l’avenir à Vandoeuvre-lès-Nancy, en Meurthe-et-Moselle, ceux qui (...)

6 avril 2011 - UN GESTE DE MAUVAIS GOÛT

(AFP du 6 avril 2011)
Le chef de l’Église catholique belge, l’archevêque André-Joseph Léonard, a (...)