Où on nous ressert les repas de cantines scolaires !

lundi 17 août 2015
par  Laurent Gensac

Et revoilà les judéo-arabo-musulmans qui refont parler d’eux à propos des repas servis dans les cantines scolaires à Chalon-sur- Saône. Ah ! le cochon ! le cochon, mille Dieu ! Pourtant manger du porc, quel délice, quelle félicité ! Et servi de tellement de manières que c’en est non seulement du bonheur dans sa bouche, mais l’assurance d’une dépense minime dans sa bourse.
Mais non ! Manger du cochon est incompatible avec la tradition religieuse, ceci est confirmé par les versets de Yahvé et les sourates d’Allah.

Encore une fois, répétons-le – la répétition, dit-on, étant le fondement de l’éducation – la République française, dont les services de cantines sont régis par des règlements qui découlent de ses principes mêmes, considère dans une égalité totale l’ensemble des élèves et des maîtres qui mangent dans ses cantines, sans distinction aucune de telle ou telle option cultuelle.

Cela depuis que la France a mis à l’écart du fonctionnement de sa république l’ensemble des cultes, par la loi de Séparation des Églises et de l’État de 1905.

Si bien que les seuls critères concernant les repas servis dans les cantines, ne peuvent porter que sur leur qualité et leur diversité. Ce que dans l’ensemble personne ne remet en cause.
Si des parents considèrent, comme cela vient d’être évoqué, que leurs enfants ne peuvent manger de cochon ou autre, ils agissent en conséquence ; c’est bien simple, ils préparent selon leur choix un repas à leurs enfants dans une gamelle qui sera tenue au chaud ou au froid, c’est selon, dans les locaux de la cantine scolaire jusqu’au repas de midi. C’est ce qui s’est pratiqué, faut-il le rappeler, pendant longtemps, lorsque les communes ne possédaient ni cuisine, ni cuisinier. Et personne ne rechignait.
Mais, dans le cadre des revendications religieuses, il faut garder en mémoire, pour une coexistence parfaite entre les individus, que ce n’est pas à la République à s’adapter aux cultes, mais aux cultes à s’adapter à la République. Toute tentative contraire sera considérée comme provocatrice et donc irrecevable, et systématiquement refoulée par les responsables concernés ; la justice elle-même ne pourra que le confirmer.

Alors Mesdames et Messieurs des cultes ! Encore un effort si vous voulez être des citoyens républicains à part entière.

Laurent Gensac


Commentaires

Logo de totonio
Où on nous ressert les repas de cantines scolaires !
jeudi 18 février 2016 à 16h22 - par  totonio

En tant que pastafariste fondamentaliste, je suis outré de votre article. Moi même je milite pour des repas avec pâtes à la cantine afin que tous les bons petits pastafaristes puissent être traités avec les égards dus à notre croyance. Donc des menus sans porc, des menus avec pâtes, des menus végétariens, des menus buis, du poisson le vendredi, pas de bœuf non plus, et tout le monde pourra ainsi être traiter décemment par la république. Et puis un autre sans gluten tant qu’on y ait, c’est à la mode !

Logo de erbivoreil
Où on nous ressert les repas de cantines scolaires !
mardi 26 janvier 2016 à 02h31 - par  erbivoreil

Bonjour,
Je suis super heureux d’avoir trouvé votre site, je n imaginais pas que ça existait.

Athé confirmé je suis quand meme surpris par ces commentaires....
Je suis chalonnais et j ai donc suivi de près ce débat, et je retrouve ici les mêmes remarques et arguments que le fn .... je suis choqué....

Le maire de chalon utilise ce prétexe de laïcité pour se faire mousser au prêrt de Sarko... Il est lui meme representant de la Laïcité au sein de l l’association des maires de France, mais organise aussi , quand meme, des messes en latin dans les chapelles chalonnaises....... Laïcité est un bon prétexe...
Ce que je trouve justte répugnant c ’est que ces pauvres gosses , de confessions mushulmane ou juive imposée par leurs parents, mangent déja de la merde à longueur d’année dans les cantines et que l on leurs enlèvent un plat par semaine, c est facile....
A quand la bonne bouffe dans les cantines, de la qualité, de vrais produits, du choix, et surtout pas de poisson imposé tout les vendredis !!!!

Logo de vialelle
Où on nous ressert les repas de cantines scolaires !
vendredi 30 octobre 2015 à 23h26 - par  vialelle

Bonjour,
je passe plus ou moins par hasard sur ce site.
...et je suis plutôt choqué, déçu.
Je me présente : prof de SVT, évolutionniste, Darwiniste, athée jusqu’aux ongles.
Je trouve beaucoup de bêtises dans les religions, beaucoup de choses naïves, parfois absurdes.
En ce qui concerne le porc à la cantine, je suis partagé : entre une laïcité pure , et une école capable de s’adapter à l’identité des gens, qui accueille les gens comme ils sont ( à partir du moment où ils ne nuisent pas ).
Le risque, je trouve, à se focaliser sur ce point, c’est de se trouver toutes les bonnes raisons de ne pas tenir compte des musulmans et juifs à la cantine, car en effet, le raisonnement se tient. Et donc on peut être persuadé de cela. Et on peut même mener un combat dans ce sens, polémiquer, manifester...et être content de soi car on sait avoir raison.
J’ai épousé une femme d’origine arabe ( algérienne ), de culture musulmane, vaguement croyante, non pratiquante, prof d’Histoire-Géographie-Education civique...parfaitement intégrée. Et je n’en finis pas d’apprendre, de réaliser, depuis 13 ans ( et 3 enfants ), combien le problème est complexe.
Alors, ce qui me déçoit, ou décevrait, comme je l’annonçais en début de message, ce serait que l’on ait une vision aussi restreinte à propos des "judéo-arabo-musulmans" comme vous dite ironiquement, voire de manière méprisante. L’histoire des hommes est tellement complexe, les enjeux d’identité sont tellement profonds et viscéraux...
Dans 30,50 ou 100 ans, lorsque la France aura réellement décliné, nous-mêmes, les bons français, pour nous sauver et sauver nos enfants émigreront sans doute. Lorsque nous serons économiquement pauvres, et cela arrivera, tout en s’intégrant à notre pays d’accueil, on aura envie, besoin, de conserver notre identité et de la transmettre à nos enfants qui se métisseront au fil des générations, avec parfois sûrement des replis sur eux-mêmes et des crispations.
...mais dans tous les cas, il ne faut pas se contenter de voir le problème par le petit bout de la lorgnette du haut de son statut d’occidental dominant et omniscient ( soi-disant ), il faut, si on veut la paix entre les peuples, les communautés, s’intéresser vraiment à leurs vécus, à leurs histoires, à leurs souffrances, et saisir le problème dans sa globalité.
Je pense qu’il s’agit de complexifier un peu sa pensée.

Logo de vialelle
samedi 31 octobre 2015 à 20h35 - par  Gérard

Bonjour Vialelle et merci pour ta contribution au débat.
Je comprend tout à fait ta réaction et ton refus de la terminologie employée pour désigner les communautés religieuses, mais il faut comprendre que cet excès de langage résulte du profond agacement provoqué par la charge médiatique.
Cette question des cantines scolaire est un prétexte utilisé par nos politiciens qui s’entendent à merveille à diviser pour mieux régner (une vielle recette qui a fait ses preuves).

Je suis aussi d’accord avec ce que tu exprimes sur le besoin de complexifier un peu sa pensée, mais force est de constater que rien n’est fait pour encourager la population à évoluer dans ce sens.

Logo de Gérard
Où on nous ressert les repas de cantines scolaires !
lundi 5 octobre 2015 à 08h24 - par  Gérard

La décision prise enfin par les autorités communales de supprimer les « repas de substitution » dans les cantines de Chalon-sur-Saône nous semble être la sagesse même, tant il est vrai que la sagesse ne vient qu’en son temps, qu’après de longs moments de gestation, de réflexion communes, nécessaires à la décantation du passé, des traditions des uns et des autres, au rejet des compromis de droite comme de gauche, pour révéler pleinement la lumière de la loi de la République sur la laïcité, dans tout sa réalité, juridique et libératrice, commune à tous.

Ceux qui s’évertuent à y voir là une manœuvre de plus à raviver les opinions religieuses, sont dans l’erreur la plus totale ; ce sont eux les vrais séparatistes, les diviseurs, les allumeurs du communautarisme qui voient la laïcité comme la reconnaissance des cultes et partant devant leur accorder aux uns et aux autres des privilèges sur ceci ou cela. Ce sont ceux-là qui, dans leurs discours ou dans leurs écrits la désignent comme « moderne », « positive », « à deux vitesses », etc., et qui s’acharnent à la vouloir modifier, au lieu, par exemple, de mobiliser toutes leurs énergies à exiger l’abrogation de la loi Debré du 31 décembre 1959 attribuant des subventions publiques aux écoles confessionnelles.

Rappelons, puisqu’ici nous avons décidé d’apporter nos voix au Front de Gauche lors des présidentielles de 2012, qu’il est écrit dans ce programme : « Nous réaffirmons le bien-fondé et l’actualité de la loi de 1905 sur la laïcité. Toutes les modifications ultérieures de la loi de 1905 affectant ces principes seront abrogés. Pour nous, cette loi fondamentale de notre République a vocation à s’appliquer à tout le territoire national. »

Enfin on relira avec attention ce qu’écrivait Marx en 1845, et que certainement les républicains de 1905 avaient lu, sur la démarche émancipatrice toute simple de l’État comme du citoyen, qui conduit à comprendre la laïcité :
« Tout comme l’État s’émancipe de la religion en s’émancipant de la religion d’État, tout en abandonnant la religion à elle-même au sein de la société bourgeoise, l’individu s’émancipe politiquement de la religion en se comportant envers elle non plus comme envers une affaire publique, mais comme envers son affaire privée. »

Et répétons-le une fois encore : ce n’est pas à la République à s’adapter aux cultes, c’est aux cultes à s’adapter à la République ! Alors, encore un effort si vous voulez être républicain et acceptés comme tels.

Logo de vialelle
samedi 31 octobre 2015 à 23h47 - par  vialelle

Bonjour Gérard,
( en réponse à ton message du 31-10 )
merci pour ta réponse rassurante et apaisante.
Moi, athée, qui me sens de plus en plus seul dans ce monde qui tend vers les extrêmes, j’avais dans un 1er temps eu l’impression ( pas forcément d’après ton message d’ailleurs ) que l’extrémisme et l’intolérance avait gagné la communauté athée........ce qui n’est d’ailleurs pas impossible en y réfléchissant, même si ça n’est pas ton cas.
En ce qui concerne le tapage médiatique, j’expérimente depuis 3 ans, le fait de ne pas avoir de TV. Plus d’info 24h/24h, plus de pubs....J’ai une sorte d’allergie. Même les infos à la radio m’exaspèrent bien vite tellement elles sont répétitives. Je ne lis même pas de journaux. On pourra trouver cela bien léger, mais ma principale fenêtre sur le monde est l’émission de Ruquier " On n’est pas couchés" ( que je vois en Replay ) dans laquelle l’actualité politique est balayée.
Je suis un peu coupé du monde. Je suis au courant de loin...et pas de tout.
Des fois je culpabilise un peu, mais j’en retire aussi un certain recul vis à vis des médias et du formatage que l’on nous inflige.

Logo de vialelle
lundi 5 octobre 2015 à 11h29 - par  Gérard

.Etats généraux de la France Laïque

Document joint :  dsc00219-1-2.jpg
Logo de sylvaine
Où on nous ressert les repas de cantines scolaires !
lundi 17 août 2015 à 09h42 - par  sylvaine

Poussons la réflexion jusqu’au bout. Les enfants pratiquant les cultes sus-cités ne pourraient, en théorie, ne manger aucune viande servie à a cantine. Car toutes ces viandes ne sont pas (espérons le) Cacher ou Halal !

Soyons sérieux, tous ceci n’est que vaine démagogie, car si un enfant ne veut pas de porc (ou autre poulet frelaté) c’est son droit, et ce jour là il ne mangera pas de viande. Où est le problème ? Sa santé est-elle mise en cause pour autant ?
Les repas de substitutions ont pour effet désastreux de mettre en exergue certaines catégories d’élèves. Ce qui est contraire à la notion d’école LAÏQUE.

Rappelons que la cantine n’est pas obligatoire, c’est un service proposé par les communes pour facilité la vie des parents et des écoliers.

Logo de sylvaine
mardi 18 août 2015 à 11h21 - par  Le Président

On pourra consulter en complément sur le sujet, ici même, l’article et les commentaires ayant pour titre :
Casher, Halal et laïcité