DE LA PAROLE BRISEE

jeudi 8 janvier 2015

En hommage à la mémoire des artistes du journalCharlie-Hebdo assassinés hier sur leur lieu de travail, nous remettons à la Une le texte que nous avions écrit en 2006 lors des caricatures du Prophète, et que nous avions aussi replacé en 2012 pour des raisons identiques.

La liberté d’expression n’est toujours pas la chose la mieux partagée au monde, ni ici ; certains pensent encore qu’on ne peut ni écrire, ni parler, ni inviter à débattre en public certains citoyens, alors que : « La première marque des esprits libres, c’est qu’on puisse parler avec modération et sincérité de tout homme et de toute chose. » Jean Jaurès.

L’art et le sexe ont toujours dérangé les religions ainsi que les pouvoirs en place. Alors qu’on ne s’étonne pas de trop de la violente réaction à l’encontre de caricatures représentant le prophète Mahomet, même si celui-ci est interdit de reproduction pour les musulmans. L’artiste usant de son entière liberté de création encourt toujours ce genre de colères et d’opprobre de la part des cagots et autres pisse-froid : « Recouvrez ce sein que je ne saurais voir Par de pareils objets les âmes sont blessées Et cela fait venir de coupables pensées. »

Qu’on se rappelle le grand Daumier qui pour avoir caricaturé le bon roi Louis Philippe avalant les budgets comme Gargantua les saucisses, fut emprisonné six mois ; plus proche de nous on n’a pas oublié comment les auteurs de la fresque publicitaire inspirée de la « Cène » de Léonard de Vinci furent condamnés par la justice française républicaine et laïque, cédant aux injonctions des évêques français ; ou encore le procès intenté par des extrémistes juifs contre l’humoriste Dieudonné, heureusement déboutés, et il y a quelques semaines encore on aura pu entendre M. Finkielkraut s’en prendre violemment aux Guignols de l’Info en les accusant de « faire un mal considérable par leurs ricanements. »

Le grave dans cette affaire c’est que les commandements des religieux fassent loi et que la liberté d’expression soit bafouée dans un pays où elle est la règle d’or : inadmissible que le propriétaire du journal France Soir présente ses excuses à la communauté musulmane et démissionne son directeur ; inadmissible la récupération politique faite par certains aboyeurs de presse pour tenter d’influer sur la formation du nouveau gouvernement de l’autorité palestinienne ; inadmissible la déclaration du gouvernement français qui déclare par la voix de son Premier ministre que « La France est attachée à la liberté d’expression mais elle condamne tout ce qui blesse les individus dans leurs croyances ou leurs convictions religieuses . »
Non la France ne peut pas CONDAMNER pour des écrits, ou d’autres formes de support, qui blesseraient les adeptes de telle ou telle religion ; une appréciation de la sorte est contraire aux principes de la Constitution, notamment de l’Article 11 de la Déclaration des droits : « La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’homme ; tout citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la loi. »

A chacun de nous à veiller à son respect. Tout croyant peut s’insurger et manifester son opinion sur des appréciations qui ne lui conviennent pas sur sa religion, mais il ne peut en aucune façon exiger que les pouvoirs publics intercèdent à sa faveur pour condamner les auteurs de ce qu’il pense être un délit. Sinon la démocratie et la laïcité ne sont plus respectées et c’est le retour à l’obscurantisme et à la théocratie.


Le Blasphémateur lapidé, Gérard Hoet et Abraham de Blois, Figures de la Bible, P. de Hondt éditeur, La Haye, 1728.

« Qui blasphème le nom de Yahvé devra mourir, toute la communauté le lapidera. Qu’il soit étranger ou citoyen, il mourra s’il blasphème le Nom. »

La Bible de Jérusalem, Le Lévitique, XXIV, 16, Paris, Ed. du Cerf, 1998, p. 180



Commentaires

Logo de Le Président
DE LA PAROLE BRISEE
samedi 31 janvier 2015 à 09h20 - par  Le Président

Oui, pour ne prendre qu’un exemple ce fut le cas de Madame Esther Benbassa qui déclara sur France culture lors d’une émission sur la laïcité :" Je suis laïque mais pas laïciste, il y a des religions qu’on peut critiquer et d’autres qu’on ne peut pas. Je n’aimerais pas qu’on critique le judaïsme."

En outre,ses propos confirment bien l’extrait de la Bible et l’illustration cités ci-dessus.

Emission : Du grain à moudre, 05/12/2006

Logo de Gérard
VIVE LA CARICATURE ! VIVE LES CARICATURISTES !
samedi 24 novembre 2012 à 10h06 - par  Gérard

Carricature de Pilotell : DIEU PETROLEUR

voir ci-dessus

Brèves

4 mars 2014 - Football et laïcité en France

Communiqué de la FFF en date du 01/03/2014
La Fédération Française de Football, Association membre (...)

10 avril 2011 - ENCORE UNE ÉGLISE QUI DISPARAÎT

(AFP du 8. 4. 2011)
À l’avenir à Vandoeuvre-lès-Nancy, en Meurthe-et-Moselle, ceux qui (...)

6 avril 2011 - UN GESTE DE MAUVAIS GOÛT

(AFP du 6 avril 2011)
Le chef de l’Église catholique belge, l’archevêque André-Joseph Léonard, a (...)