LE COLLOQUE DE POISSY 1561-2011

mercredi 31 août 2011

La laïcité sera-t-elle au centre des débats lors de la campagne des présidentielles ?
Certainement, déjà à Poissy un Colloque se tiendra le 10 et 11 septembre avec pour thème :

" Au coeur de la laïcité : dialogue et tolérance"

Voir tous les renseignements sur le site :


http://www.ville-poissy.fr/fr/decou...

Commentaires

Logo de Le Président
LE COLLOQUE DE POISSY 1561-2011
mercredi 14 septembre 2011 à 22h26 - par  Le Président

Laïcité, dialogue et tolérance

Nous nous sommes rendus samedi à ce Colloque de Poissy pour lequel les organisateurs avaient eu l’amabilité de nous inviter. Peut-être non pas tant pour notre athéisme affiché que pour notre indéfectible défense de la laïcité, car tel était le sujet central : "Au cœur de la laïcité : dialogue et tolérance", en marge du rappel de ce que fut le Colloque de 1561 ou l’impossible dialogue entre catholiques et protestants.
Il est vrai que depuis 2002 avec la création en janvier du Comité national de réflexion et de propositions sur la laïcité à l’École, et dans la foulée, comme une suite concrète, la publication du rapport de R. Debray L’enseignement du fait religieux à l’École, la loi du 9 décembre 1905 de Séparation des Églises et de l’État qui précise le principe de la laïcité en France, n’en finit pas d’être l’objet d’attaques de tous bords, religieux, politiques et culturels.
A croire ses détracteurs elle ne serait plus, avec ses cent six ans, adaptée à la société d’aujourd’hui, donc il faudrait la moderniser, la dépoussiérer, la positiver, une laïcité refondée, ragaillardie, réassurée d’elle-même, une laïcité d’intelligence
Heureusement la bataille pour la sauver s’est mise en marche, mais les citoyens de ce pays embourbés depuis quelque temps dans des conflits sociaux d’importance capitale pour leur avenir et donc pour celui de l’ensemble de la nation, ont un peu relâché leur attention dans cette lutte.

Les interventions dans ce colloque de Jean-Paul Scot, historien ( L’Etat chez lui, l’Eglise chez elle, Seuil ) et d’Henri Pena-Ruiz, professeur de philosophie ( Dieu et Marianne, PUF, 2001, ; Qu’est-ce que la laïcité ? Gallimard, 2003, Folio Actuel n° 104 ) ont permis de clarifier des notions comme tolérance ou neutralité, qui sont trop souvent à l’origine de disputes tant au niveau sociétal qu’au niveau juridique : et de rappeler ce qu’en disait Mirabeau : « Une autorité qui tolère aujourd’hui, peut très bien demain ne plus tolérer. »
Tous deux ayant pris comme référence de position laïque catégorique Victor Hugo, qui pourtant était très croyant, ( « La matière n’est pas et l’âme seule existe » Dieu ) il nous a semblé intéressant en effet de reproduire un passage de son discours du 15 janvier 1850 devant l’Assemblée législative ; il s’agissait du débat sur le projet de loi présenté par le comte Alfred Pierre de Falloux. Ce projet, sous prétexte d’organiser la liberté d’enseigner, établissait en réalité le monopole de l’instruction publique en faveur du clergé.

« Je veux, je le déclare, la liberté de l’enseignement ; mais je veux la surveillance de l’État, et comme je veux cette surveillance effective, je veux l’État laïque, purement laïque, exclusivement laïque, et je n’admets pour personnifier l’État dans cette surveillance si délicate et si difficile, qui exige le concours de toutes les forces vives du pays, que des hommes appartenant sans doute aux carrières les plus graves, mais n’ayant aucun intérêt, soit de conscience, soit de politique, distinct de l’unité nationale. C’est vous dire que je n’introduis, soit dans le conseil supérieur de surveillance, soit dans les conseils secondaires, ni évêques, ni délégués d’évêques. J’entends maintenir quant à moi…cette antique et salutaire séparation de l’église et de l’État, qui était l’utopie de nos pères, et cela dans l’intérêt de l’église comme dans l’intérêt de l’État. Je ne veux pas mêler le prêtre au professeur…Je veux l’enseignement de l’église au-dedans de l’église et non au dehors…En un mot, je veux, je le répète, ce que voulaient nos pères : l’église chez elle et l’État chez lui. »( Oeuvres politiques complètes, Paris, Pauvert, 1964 )

Le président

Brèves

20 février 2013 - La bonne idée

Émergeant a contrario du flot de banalités déversées par les medias en ce début d’année, nous avons (...)

1er décembre 2011 - Bessières

Le pianiste, accordéoniste et compositeur Louis BESSIÈRES vient de décéder à l’âge 98 ans. Si (...)